Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Ch'tiot bistrot
Jeu 6 Juil - 16:59 par Cartouche

» L' NOUVELLE CLASSE
Dim 12 Juin - 14:50 par Cartouche

» In bibliothèque ici pou trover
Jeu 27 Nov - 19:47 par malyne

» l'histoire d Nou Pays ch' pus biau pays !
Ven 27 Juin - 14:29 par phantovent

» L' gargotte du ch'Nord?
Jeu 19 Juin - 20:15 par malyne

» ch'est mi m'arvl'à
Sam 17 Mai - 20:12 par malyne

» ch'est mi
Mar 5 Nov - 6:21 par annesophie

» me rvla!lilichti
Dim 5 Mai - 11:55 par Cartouche

» j'voulo savoére si vous connaissote un mot deum'maman,mais j'l'ai oubillé d'pi hier!je'r'viendrai!bonjour à tertous!
Jeu 2 Mai - 14:22 par malyne

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



VOUS ECRIVEZ ? ALORS CH'EST ICHI

Page 1 sur 12 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

VOUS ECRIVEZ ? ALORS CH'EST ICHI

Message  Cartouche le Ven 5 Fév - 13:38

Laissez ichi vos poèmes , vos textes, in les lira avec plaisi
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

Alors j'ai pon mit m'n idée a ch' bon indrot

Message  malyne le Ven 5 Fév - 15:19

Cartouche a écrit:Laissez ichi vos poèmes , vos textes, in les lira avec plaisi
J'arcopie ichi, pou ti Jean!

J'auros querre tant t' lire ichi !
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Poème

Message  malyne le Lun 8 Fév - 21:42

Ch'est pas d' mi nan!

mais ch'est un poème qui m'a plus qu'in pinsez vous !
Chanson d'automne

--------------------------------------------------------------------------------

Les sanglots longs
Des violons
De l'automne
Blessent mon coeur
D'une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l'heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure;

Et je m'en vais
Au vent mauvais
Qui m'emporte
Deçà, delà
Pareil à la
Feuille morte.


Paul Verlaine (1844-189
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Re: VOUS ECRIVEZ ? ALORS CH'EST ICHI

Message  Cartouche le Mar 9 Fév - 7:13

ch'est un biau poème, mais Verlaine, ch'est toudis biau
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

voïache aveuc papy

Message  jeangabelou59 le Mar 9 Fév - 23:01

Pa ches timps qui queurtent ia gramint ed pinsionnés, qui font unne bronne lonque comme un pain d’sis lifes.
Em finme et mi in savot pos quo mette dins ches sorlets d’nous tiots rogins.Pou finir, ech va faire un voyache aveuc eux (em finme alle reste su l’tière à cosse du vertiche).

Voyache avec papy

Allons rin qu’à sièt faire ech long voyache
A joujouque su l’blanc coton d’in nuache
Nous caveux au vint, découvrons l’monte
Insin in verra si l’tierre alle est ronte.

I fot nos laicher m’ner pa euch vint
Pat’zeur chés mers et ches chinque continints
Zieutons pou vir ches grosses baleines bleues
Ches requins blancs, ches dauphins amiteux

Importez tous vous crayons multicolores
Pou mette in couleur ches fleurs v’nant d’éclore
In tas d’chuques pou ches infants, files et garchons
Pou unne bielle amitié point b’son d’faire des fachons

In va vir gramint d’gins eud toutes ches couleurs
Des aimapes des malingronniés à faire peur
Des païs pleins d’patures, des autes pleins caillaus
Des bos si grinds, qu’facilmint in s’y perdrot.

In prindra des glachons su l’Himalaya
Pou les donner à ches maguettes du Sahara
Ches Chinois vos vindront d’bielles soieries
Qu’vos don’rez à vous tiotes mamans bradées

Dins ch’païs d’ches indiens ed Walt Disney
Vos ramen’rez un kartin d’imaches ed Mickey
Un jonne ed’kangourou amidolé in Australie
Des crolettes ed papous sins leux bigoudis.

I nos faudra arvenir su l’viux continint
Broutés par el brisse, mates, mais tout contints
Dins vous tiètes vont dormir ed s’étoiles in or
Juste récompinse pou tous vous efforts.

-amidolé amadoué-bronne figure-joujouque accroupi-brouté transporté.

Jean Marie Klavzer[img][/img]
avatar
jeangabelou59

Messages : 223
Date d'inscription : 11/01/2010
Age : 76
Localisation : Comines Noooooorrrrrd

Revenir en haut Aller en bas

Re: VOUS ECRIVEZ ? ALORS CH'EST ICHI

Message  Cartouche le Mer 10 Fév - 7:02

merci Jean, que bonheur d'te lire, j'ai voyagé avec ti sur ch'nuache
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: VOUS ECRIVEZ ? ALORS CH'EST ICHI

Message  malyne le Mer 10 Fév - 12:25

queu bieauté jean, Merci d' nous faire rêver !
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

J'ai rincontré ch' poème,

Message  malyne le Jeu 11 Fév - 6:44

et j' le déposse là,
Min grand père
Par Max


Min grand père i étot garte champête
Tous les matins matin, i infilot ses guêtes
Et à vélo, i partot faire s'tournée
Sin képi bien drot planté edd'sus sin nez.


Adon, min jouet préféré
Ch’étot un cariot, qu’par derrière mi, j'devos saquer.
D’tertous, min cariot i étot connu
Tell’mint que j'mettos gramint d'affaires edsus.


Un biau matin, in étot au bord d'el Clarence,
Mais cha n'devot pont ête min jour d'chance.
Com-me par hasard, min grand père i passot par là,
Ed toutes façons, i étot toudis dù qui n'faut pas.


Comme des bons, à cul nu, in pataugeot dins l'ieau
Car i fallot artirer ses marronnes pour rester biaux.
Heureus’mint, min camarad', el premier i l'a vu
Et ben vite, in s'n’alla s'mucher derrière ch'talus.


Malheureus’mint, j'avos oublié min cariot.
O vous doutez ben qu'i l'aperchut aussitôt.
Cont'un arbr', ii posa sin vélo
Et attindit, tranquil'mint, qu'in attrape un coup d'frod.


Au bout d'in momint, n'in pouvant plus,
J'a dû m'rassaquer de ch'talus.
"Et t'vlà, dit sérieus'mint min grand-père!
Tel equ’t'es là, j'té suis, té vas t'arn'aller à L'beuvrière


Que honte qué jé m’sus pris ch’jour-là!
Cha m'est resté longtimps dsus l'estomac !
Poutant, j'l'avos fort querre min grand-père
Malgré qu'à cul nu i m'avot fait traverser tout L'Breuvière
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Re: VOUS ECRIVEZ ? ALORS CH'EST ICHI

Message  Cartouche le Jeu 11 Fév - 8:42

Merci Marie Lyne d'nous mette ch'poème d'Max, ch'est un biau poème bin écrit et qui rappelle suremint des souvenirs à pus d'un
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

Molière in chti

Message  Cartouche le Jeu 11 Fév - 16:52

CH'MEDECIN MALGRE LI

SCÈNE I. - SGANARELLE, MARTINE


paraichant sur l' théâte in s' querellant.

SGANARELLE : Nan, j' te dis que j' n'in veux rin faire, et que ch'est à mi d parler et d'ête ch' maîte.

MARTINE : Et j' te dis, mi, que j' veux que te vifes à m' fantaisie, et que je n' sus pon mariée avec ti pour souffrir tes fredaines.

SGANARELLE : O l grinde fatique qu'd'avoir eune femme! et qu'Aristote a bin raison, quind i dit qu'eune femme est pire qu'un démon!

MARTINE.- Véyez un peu l'habile homme, avec sin babache d'Aristote.

SGANARELLE.- Ouais, habile homme, troufe-me un faijeux d' fagots, qui saiche, comme mi, raisonner des chosses, qui euche servi six ans, un fameux médecin,
et qui euche su dins sin jone âche, sin rudimint par coeur.

MARTINE.- Peste de ch' fou fieffé.

SGANARELLE.- Peste de l' carone.

MARTINE.- Qu' maudit seuche l'heure et l' jor, dù que j' m'avisos d'aller dire ouais.

SGANARELLE.- Qu' maudit seuche l' bec cornu d' notaire qui m'a fait signer m' ruine.

MARTINE.- Ch'est bin à ti, vraimint, à t' plainte d' chette affaire: devros-tu ête un seul momint, sins rinde grâce a ch' Ciel d' m'avoir pour t' femme,
et méritos-tu d'épouser eune personne comme mi?

SGANARELLE.- ch' est vrai que te m'as fait trop d'honneur: et qu' j'avos lieu de m' louer l' première nuit de nos noches. Hé! morbleu, ne m' fais pon parler là-d'zeur,
j' diros de certaines chosses...

MARTINE.- Quo? quo qu'te diros ?

SGANARELLE.- Baste, laissons là ch' chapite, i suffit qu' in saiche cha qu'in sait: et qu' t'as été bin bénache de m' trover.

MARTINE.- Quo qu'ch'est qu't'appelles bin bénache de t' trover? Un homme qui m' réduit à l'hôpital, un débauché, un traîte qui m' minge tout cha qu' j'ai?

SGANARELLE.- T' as minti, j'in bos eune partie.

MARTINE.- Qui m' vind, pièche à pièche, tout cha qui est dins l'mason.

SGANARELLE.- Ch'est vife d' ménage.

MARTINE.- Qui m'a inlevé jusqu'à ch' lit qu' j'avos.

SGANARELLE.- Te t'in lèveras pus matin.

MARTINE.- Enfin qui n' laiche aucun meupe dins toute l' mason.

SGANARELLE.- in in déménache pus aisémint.

MARTINE.- Et qui du matin jusqu'au soir, n' fait qu' juer, et qu' boire.

SGANARELLE.- Ch'est pour n' pon m' innuyer.

MARTINE.- Et quo qu'te veux pindant ce temps, que je faiche avec m' famile?

SGANARELLE.- Tout cha qu'i t' plaira.

MARTINE.- J'ai quate paufes tchiots infants sur les bras.

SGANARELLE.- Mets-les à tierre.

MARTINE.- Qui m' demindent à toute heure, du pain.

SGANARELLE.- Donne-leur l' cachoire. Quind j'ai bin bu, et bin mingé, j' veux qu' tertous is seuch'tent in guince dins m' mason.

MARTINE.- Et te prétinds ivrone, qu' les chosses aillent toudis d' même?

SGANARELLE.- M' femme, allons tout duchement, s'il vous plaît.

MARTINE.- Qu' j'indure éternellemint, tes insolences, et tes débauches?

SGANARELLE.- Ne nous importons pon m' femme.

MARTINE.- Et que je n' saiche pon trover l' moyen de t' ringer à tin devoir?

SGANARELLE.- M' femme, vous savez qu' j'ai pas l'âme indurante: et qu' j'ai l' bras assez bon.

MARTINE.- Je m' moque d' tes menaces.

SGANARELLE.- M' tchiote femme, m' mie, vote piau vous déminche, à vote ordinaire.

MARTINE.- J' te moutrerai bin que j' te crains nullemint.

SGANARELLE.- M' quère motié, vous avez invie de m' dérober eune séquo.

MARTINE.- Cros-tu que j' m'épouvinte d' tes paroles?

SGANARELLE.- Douche objet d' mes voeux, j' vous frotterai les orelles.

MARTINE.- Ivrone qu' t' es.

SGANARELLE.- J' vous battrai.

MARTINE.- Sac à vin.

SGANARELLE.- J' vous rosserai.

MARTINE.- Infâme.

SGANARELLE.- J' vous étrillerai.

MARTINE.- Traîte, solent, trompeux, lâche, coquin, pindard, gueux, belîte, fripon, maraud, voleur...!

SGANARELLE.- I prind un bâton, et li in donne.- Ah! vous in voulez, donc.

MARTINE.- Ah, ah, ah, ah.

SGANARELLE.- Vlà l' vrai moyen d' vous apaiser.
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

Maite Cartouche!

Message  malyne le Jeu 11 Fév - 20:04

Ch'est très intéréssant cha !
j' vas ch' soir passer eune partie de m' nuit avec:
Verlaine, Musset et Victor Ugo, pis Lamartine:
eune douche soirée ! accompagnée de : Fauré, Debussy, Bach, Liszt ! pou me ch'est un rêfe
Continu STP Cartouche a nous émerveiller !
Qui veut cor continuer cha, pou nous charmer !
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

l'neiche alle fait brère ches infants

Message  jeangabelou59 le Ven 12 Fév - 5:55

Quéqu’fos l’neiche alle fait brère ches infants

Ed'pis unne s’maine el'frodure alle étot là, ches cornalles is avotte el trannette. Man, aveuc unne pallée d'gaillètes ed timps in timps, alle n'arrivot même pus à récauffer chele maison.
Ech mercredi là, cha n's'inrringeot pos, même que ches daches ed mes galoches is fesotte des claquettes su l'tierre ingélée. L'pus pire, ch'étot ches dogts et ches génoux surtout, pace que in carante neuf, ches lonques maronnes pou ches garchons, is s'arrêtotte au d'zeur ed ches génoux.
Tout l'jour j' zieuto l'ferniette pou vir si l'timps i tournot pos à l'neiche; ch' maîte i m'a invoyé printe l'air, i croïot qu'ej dormo.
In sortant ed l'école cha comminchot à querre tout douch'mint, ches flocons is étotte pos à l'presse ed blankir el tière. L'timps ed rintrer à m' mason, in trinnant bin sur, is avotte fait des jonnes.
Man trouvot drôle qu'em tartine ed castonate restot su l'tape, "té lambines, j'va printe ete timpérature, moutre chi tin front !». Mi j'éto d'jà in route à faire un bonhomme ed neiche dins m'tiête.
Au soir, pa qui d'vot printe sin poste ed nuit, s'demindot commint qu'i allot faire pace que ché pus unne paire de flocons, mais deus pugnies d’pouches ed neiche qu'i avot dins l'rue. Pou finir i est parti à pieds.
D'pus in pus grignu, ej sus dalé m'couquer in oubliant m'brique caute pou récauffer mes draps. Quind ej sus queu indormi cha été pou rêver d'un bonhomme si grind qu'un arbe à chériches, sin nez i étot parel qu'un pain d'tros lifes et sin capiaux ch'étot unne boulleusse numéro sis. Seulemint min rêfe ch'est d'venu un cauchemar, ech bonhomme i a balé su mi, j'éto acoufté comme unne chique. Au momint ù qu'ej commincho à m'étoquer. Heureus’mint ej me su réveillé.
Comme cha claquot su ch’cassi j'ai erwétié al fernête, i pleuvot à drache, l’neiche alle avot sin cul lavé, pu rin !! Ej su artourné dins min lit et j’ai brè à fréquir ches draps.
Pou m'armonter l'moral, man alle disot brèe tiot, ch'est autant d’moins à picher.

Jean Marie klavzer

S’étoquer = s’étrangler – acoufté = recouvert






[img][/img]
avatar
jeangabelou59

Messages : 223
Date d'inscription : 11/01/2010
Age : 76
Localisation : Comines Noooooorrrrrd

Revenir en haut Aller en bas

Re: VOUS ECRIVEZ ? ALORS CH'EST ICHI

Message  Cartouche le Ven 12 Fév - 6:54

vla core eune bielle histoire Jean, comme te dis dins l'temps les jones is n'avotent pas des maronnes à longues gampes in n'étot pon frileux comme à ch't'heure.
j'ai vraimint querre à t'lire Jean, cha m' rappelle tellemint d'souvenirs .....
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

Récit de Jean, Bonjour Jean !

Message  malyne le Sam 13 Fév - 2:42

Qu'i est bieau tin texte Jean!

STP, continu à nous faire patager ta littérature ! tes poèmes, que j'ai rincontrés in parcourant les sites ch'tis !
Ch'est un véritape Chef- d'oeuvre , un art a l'état pur!
Gramint d' mots que j' n'ai pon réussi a traduire a mette dins la Classe a ch' Maite !
Mais queu Merveille! j'ai passé à t' lire..un momint féerique , magique, inoubliape !
Merci Jean , continu STP
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Et vl' à chi un aute bieau poème

Message  malyne le Sam 13 Fév - 3:12

Alfred de MUSSET (1810-1857)


Impromptu
(En réponse à la question : Qu'est-ce que la Poésie ? )

Chasser tout souvenir et fixer sa pensée,
Sur un bel axe d'or la tenir balancée,
Incertaine, inquiète, immobile pourtant,
Peut-être éterniser le rêve d'un instant ;
Aimer le vrai, le beau, chercher leur harmonie ;
Écouter dans son coeur l'écho de son génie ;
Chanter, rire, pleurer, seul, sans but, au hasard ;
D'un sourire, d'un mot, d'un soupir, d'un regard
Faire un travail exquis, plein de crainte et de charme
Faire une perle d'une larme :
Du poète ici-bas voilà la passion,
Voilà son bien, sa vie et son ambition.
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Pis un aute !

Message  malyne le Sam 13 Fév - 3:15

Pou mi l' littérature l' poème parle in min coeur comme l' musique
!Tristesse
J'ai perdu ma force et ma vie,
Et mes amis et ma gaieté;
J'ai perdu jusqu'à la fierté
Qui faisait croire à mon génie.

Quand j'ai connu la Vérité,
J'ai cru que c'était une amie ;
Quand je l'ai comprise et sentie,
J'en étais déjà dégoûté.

Et pourtant elle est éternelle,
Et ceux qui se sont passés d'elle
Ici-bas ont tout ignoré.

Dieu parle, il faut qu'on lui réponde.
Le seul bien qui me reste au monde
Est d'avoir quelquefois pleuré.
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Re: VOUS ECRIVEZ ? ALORS CH'EST ICHI

Message  Cartouche le Sam 13 Fév - 7:20

ah!! Alfred de Musset !! ch'est biau et ch'est trisse, mi j'ai gramint quere !
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

Ravisse comme ch'est bieau !

Message  malyne le Dim 14 Fév - 11:35

Alfred de MUSSET (1810-1857)


A Aimée d'Alton
Déesse aux yeux d'azur, aux épaules d'albâtre,
Belle muse païenne au sourire adoré,
Viens, laisse-moi presser de ma lèvre idolâtre
Ton front qui resplendit sous un pampre doré.

Vois-tu ce vert sentier qui mène à la colline ?
Là, je t'embrasserai sous le clair firmament,
Et de la tiède nuit la lueur argentine
Sur tes contours divins flottera mollement.
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Poème ch'ti

Message  malyne le Dim 14 Fév - 16:05

L'serpint


Serpint




Momère, Momère, mais vins donc vir !

Y a un serpint, là, d'sus eun' pir' !

Et fin surprisse, j'vos m'n'Elodie Qui tronne ed' peur, dins min courti.

Et n'accoutant qu'min courache,

Veyant ch't'afant in perdichion,

Ch'est in tcheurant, ouai, malgré m'n'âche,

Que j'prinds bin vite min vis ramon.

Ej' sins min tchoeur batte dins m'potraine

In m'in allant vers em'n'enfant !

Ej' cros morir de l'courte haleine,

J'fais d'min pus vite, j'arrife à temps!

Et là... d'sus l'pir'... ej' vos tout d'eun',

un vier ed' terre... es' tortennant... !


Très beau et touchant tiot poème d'Irène Lefebvre de Villeneuve d'Ascq

Momère : maman
Vins : viens
Tronne : tremble
Tcheurant : courant
Tchoeur : coeur
M'potraine : ma poitrine
Em'n'afant : mon enfant
Es'tortennant : se tortillant

Relevé dans "Commint qu'i dijot pépère ?" de Guy Dubois
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Re: VOUS ECRIVEZ ? ALORS CH'EST ICHI

Message  Cartouche le Dim 14 Fév - 16:53

ouais biau texte et pis cha permet d'vire les différences intre l'patos du côté d' Lille par rapport à chti du côté d'Lens
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

Un aute texte que j'ai querre lire!

Message  malyne le Dim 14 Fév - 21:45

Ravisse Maite comme ch'est b

"André Hecquet était un homme généreux et un homme de foi. L'émotion qu'il portait dans sa voix lorsqu'il déclamait ses poèmes bouleversait souvent son auditoire. Par exemple lorsqu'il évoque la mort, à venir de sa mère." Augustin Visieux

Quand ell' freum'ra ses yeux, qué cha seuche au printemps,
Quand Avril sim.m' des fleurs et rind l' tierr' pus légère ;
L' printemps qu'i a vu cloer un homme edvant s'manman,
I donne au pauver' mond' du rêve et dé l' leumière.
André Hecquet

André Hecquet est né en 1932 et décédé accidentellement en novembre 1980. Il était chimiste à la Centrale minière de Violaines, arrivant à vélomoteur sur son lieu de travail, il fut fauché par une voiture.


Quand elle fermera ses yeux, que cela soit au printemps,
Quand Avril sème des fleurs et rend la terre plus légère ;
Le printemps qui a vu clouer un homme devant sa maman,
Il donne au pauvre monde du rêve et de la lumière.
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

pis un aute ichi

Message  malyne le Dim 14 Fév - 21:48

Ch'est l' derne pou longtimps , diffichile à s' connecter !
L’ pétite file au nom d’ tchien

Par Mincoin le dimanche, mars 8 2009, 10:25

Par Bertrand cocq

Mi , ch’est pon fort étonnant, j’ ai grandi , j’ ai vite pris trop d’ plache à lu mason , ils s’ y attindotent pas…alors i m’ont laichée sur l’ bord d’ l’ autoroute.
Pas abandonnée , nan , i s’ sont séparés d’ mi , comme i dijent à ches tiots.

Mais eusses ?...j’ les comprinds pon .

I sont curieux ches gins là…mi j’ évite soigneusemint ches camions et eusses , i les milent , i z’ attintent après , i les éspèrent !

I veutent des papiers ?

Mi , in me les a donnés sans arien m’ deminder , quand j’ sus vénue au monte. On m’a inscrite sur le « L.O. F » , l’ life des origines françaises . J’ sais pon chu que ch’est mais j’ cros que ch’est bien. On m’ a donné un nom comme ches gins d’ la haute : « RAJA du domaine des Dunes »…ch’est curieux pour un nom d’ tchien nan ?...surtout pour un lévrier Afghan .

Pour à s’ t’ heure , j’ séros putôt : « RAJA de l’ aire de repos de Norrent-Fontes » .

Un jour , je m’ sus glichée par in d’ sous du grillache et j’ sus allée les vire , in faijant bien attintion.
I sont pas mécants , i s’ laichent approcher facilemint.
Eune pétite file m’a donné un morcieau d’ sin biscuit qui étot keu à terre pis alle m’ a caressée , tout duchemint , in m’ dijant des affaires que j’comprénos pas.
Après , s’ maman alle l’a appelée . L’ pétite file alle s’appelot RAJA , elle aussi.
Donner un nom d’ tchien à s’ n’éfant…i faut ête rudemint désespérée !. I sont curieux ches gins là !

L’ pétite alle est arpartie dins s’ baraque d’ carton et d’ plastique . Ch’est comme eune grande niche à tchiens, avec des couvertures. Pis s’ maman alle a canté eune canchon triste, pis elle a pus rien dit.

Avint hier d’autes tchiens sont vénus d’ bonne heure au matin mais RAJA alle les a pas caressés , i moutrotent leurs longs dints . Alle s’a sauvée.

Alle a pas trouvé l’ tro dins l’ grillache , pis d’ toutes manières, alle aurot pas réussi à s’ i intiquer , ch’ est un tro pour des tchiens , pas un tro pour eune pétite file…même avec un nom d’ tchien.

Les tchiens i sont vénus m’ vire mais i n’ont pas non pus trouvé ch’ tro dins ch’ grillache , heureusemint pour mi . I n’ n’a un qui avot eune poupée d’ loque dins s’ gueule. Au moins ch’ ti là i n’ aboyot pas .

Tout a brûlé : l’ baraque in carton et in plastique , les grands sacs rayés , les lifes et les cahiers , les couvertures et l’ poupée d’ loques . I restot pus rien.

Ch’ matin , eun campine-car s’est arrêté sur l’aire d’ arpos, tout près de m’ muchette. J’ ai pon bougé.
Des gins sont déchindus in parlant bien fort mais j’ comprénos pas chu qui dijettent.
Décidémint, j’ai du mau à comprinte ches gins du bord d’ l’ autoroute !.

I z’ont déployé eune tape et des cayelles et i ont fait cauffer du thé qu’i z’ont bu in s’ brûlant les loupes. L’ pétite file qui les accompagnot alle m’a vu et alle a crié. Ses parints sont vénus et m’ ont donné des gâtieaux . I a un mot que j’ ai compris, ch’ est « Pudding » . Ch’est pas mauvais mais cha donne soif, alors i m’ont versé de l’ ieau dins un bol par terre dins l’ campine-car.

L’porte alle s’a arfermée d’ un cop et i z’ont arpris la route. J’ cros que j’ai trouvé eune nouvelle famile !. Dins eune paire d’heure j’ sérai in Ingleterre.

L’ pétite file alle cante intre ses parints par devint , dins l’ campine-car.

Par l’ carreau , un pétit peu plus loin sur l’ bord d’ l’ autoroute , d’l’ aute côté du grillache, j’ai vu eune pétite file avec un nom d’ tchien . Alle sortot de s’ baraque in carton et in plastique avec eune poupée d’ loque dins ses mains.

Bertrand cocq
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Re: VOUS ECRIVEZ ? ALORS CH'EST ICHI

Message  Cartouche le Lun 15 Fév - 7:14

j'connaicos chés poème et texte là, ch'est fort bin écrit pis surtout cha touche.
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

Un aute poème si bieau

Message  malyne le Lun 15 Fév - 19:39

A Juana

Ô ciel ! je vous revois, madame,-
De tous les amours de mon âme
Vous le plus tendre et le premier.
Vous souvient-il de notre histoire?
Moi, j'en ai gardé la mémoire:-
C'était, je crois, l'été dernier.

Ah! marquise, quand on y pense,
Ce temps qu'en folie on dépense,
Comme il nous échappe et nous fuit !
Sais-tu bien, ma vieille maîtresse,
Qu'à l'hiver, sans qu'il y paraisse,
J'aurai vingt ans, et toi dix-huit?

Eh bien ! m'amour, sans flatterie,
Si ma rose est un peu pâlie,
Elle a conservé sa beauté.
Enfant ! jamais tête espagnole
Ne fut si belle, ni si folle.-
Te souviens-tu de cet été ?

De nos soirs, de notre querelle?
Tu me donnas, je me rappelle,
Ton collier d'or pour m'apaiser,-
Et pendant trois nuits, que je meure,
Je m'éveillai tous les quarts d'heure,
Pour le voir et pour le baiser,

Et ta duègne, ô duègne damnée !
Et la diabolique journée
Où tu pensas faire mourir,
Ô ma perle d'Andalousie,
Ton vieux mari de jalousie,
Et ton jeune amant de plaisirs

Ah ! prenez-y garde, marquise,
Cet amour-là, quoi qu'on en dise,
Se retrouvera quelque jour.
Quand un coeur vous a contenue,
Juana, la place est devenue
Trop vaste pour un autre amour.

Mais que dis-je? ainsi va le monde.
Comment lutterais-je avec l'onde
Dont les flots ne reculent pas ?
Ferme tes yeux, tes bras, ton âme;
Adieu, ma vie,-adieu, madame,
Ainsi va le monde ici-bas.

Le temps emporte sur son aile
Et le printemps et l'hirondelle,
Et la vie et les jours perdus;
Tout s'en va comme la fumée,
L'espérance et la renommée,
Et moi qui vous ai tant aimée,
Et toi qui ne t'en souviens plus !


1831
Alfred de Musset
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Nénette et Rintintin

Message  jeangabelou59 le Mar 16 Fév - 7:38

Chele s’maine passée j’avos a faire à Lille, vu l’tans j’ai pris ch’bus. In inrvénant ej busio à tous ches paufes diapes qui trannnte d’sus ches kerpions. Is sont là aveuc leus tchyins, leus cabas et leux boutèles bin souvint. Ch’est incroïape aveuc queu fachilité in passe à coté d’eusses sins les vir.
Du cop ej me sus mis à busier, su un coupe ed traine chavates qu’un véïot dun nou coron, dins ches années chinquante.
Forchémint, ches gins is leu avotte donné un nom jté (surnom), Nénette et Ratintin. Nos les jonnes in risquot pot ed pos s’in souv’nir, chétot les seus qu’un connaichot, aveuc un aute qui s’ténot dins l’cintre ville, ches jours ed markés ; preufe in est, qu’sossante ans après ej pinse cor à eusses.

Nénette et Rintintin chétot des « pros » bin organisés, toudis l’même circuit, toudis ches mêmes heures, toudis ches mêmes jours. Aveu leu déguinne is risquotte pos ed pacher inaperchus.

Pou li, un grint mintiau rapièch’té comme ech ti d’es finme, unne grosse fichelle qui arténot unne maronne un coutil rayé, infin i avot été rayé, pace qu’in d’vinot pus l’couleur. Un été un béret, un hiver un passe montane ; ej parle pos ed ches godasses, l’un comme l’aute is avotte des tiotes bottes « ed soldat teutons » à leus piés.
Nénette ed’sous sin mintiau alle portot un acourcheu auchi cras qu’el cotron qui d’vos préserver.
Li i avot toudis un cabas à chaque bras, alle poussot unne sorte ed berche aveuc des reules, rimpli d’bricoles.
In ch’tans là un treuvot pos grint cosse dins ches bouleusses qui servotte ed poubelle, à part des chintes (quind in les mettot pos dins l’voïette, ches pluches et légunmes is finichotte dins l’étuve ; restot pus qu’unne paire ed boites ed conserfes.
Alors pou améliorer leu ordinaire, is cantotte ed plache in plache dins ches corons. Quo qui cantotte ? Toudis l’minme, cha finichot comme cha « miux vaut donner qu’ed tinde es main », ch’est pou cha qu’ej min souvint.
Alors man alle prenot un pièche dins sin tiroir pou mi daler leu porter (mes sœurs alles avotte el troule). Souvint, si pa i étot là, i donnot un fond ed toubac ou bin un morciau ed role pou Rintintin.
El pus biau, ej n’étos pos tout seu à sortir. Cha finichot toudis pa un « ej t’armercie unne banse tiot bradé, el bon Diu i t’el rindra.

D’ù qui restotte ? In l’a jamais su. Un biau jour, in n’a pus vu Nenette et Rintin, is ont sur’mint été mis in tière dins un coin ed cim’tière, sins potée, sin couronne et si cha tompe, sins nom su leus crox, comme cheux qu’j’ai vus, l’s’maine passée à Lille…… Sad
avatar
jeangabelou59

Messages : 223
Date d'inscription : 11/01/2010
Age : 76
Localisation : Comines Noooooorrrrrd

Revenir en haut Aller en bas

Re: VOUS ECRIVEZ ? ALORS CH'EST ICHI

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 12 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum