Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Ch'tiot bistrot
Jeu 6 Juil - 16:59 par Cartouche

» L' NOUVELLE CLASSE
Dim 12 Juin - 14:50 par Cartouche

» In bibliothèque ici pou trover
Jeu 27 Nov - 19:47 par malyne

» l'histoire d Nou Pays ch' pus biau pays !
Ven 27 Juin - 14:29 par phantovent

» L' gargotte du ch'Nord?
Jeu 19 Juin - 20:15 par malyne

» ch'est mi m'arvl'à
Sam 17 Mai - 20:12 par malyne

» ch'est mi
Mar 5 Nov - 6:21 par annesophie

» me rvla!lilichti
Dim 5 Mai - 11:55 par Cartouche

» j'voulo savoére si vous connaissote un mot deum'maman,mais j'l'ai oubillé d'pi hier!je'r'viendrai!bonjour à tertous!
Jeu 2 Mai - 14:22 par malyne

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



L' NOUVELLE CLASSE

Page 5 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

pou ch' soir Maîte, verpe : presser !

Message  malyne le Ven 4 Mai - 20:04

Présint : j' presse, te presses, i presse , in presse, vous pressez, is press'tent
Imparfait, j' pressos , te pressos, i pressot , vous pressotes , is pressotent .
Futur, j' presserai...etc
Conditionnel Présint, j' presseros , te presseros, i presserot, in presserot , vous presserot,
Subjonctif Présint ...;que j' presse etc...
Passé Composé, j'ai pressé...
V'là, Min bon Maîte ..à ch' t'heure j'arpars pou qu^ques jors ..mais j' vas ouvrer quind même , allez a bétot tertous !

très bien !!
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

amaîte y a ch' verpe : perdre !

Message  malyne le Sam 5 Mai - 6:03

que j' voudros aussi conjuguer , insuite j' vas faire eune rétrospectife de tous ches verpes et les classer par groupe, pou étudier et comparer ches terminaisons ! j'importe ch'te idée, avec mi!
Bonne jornée à tertous
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Re: L' NOUVELLE CLASSE

Message  Cartouche le Sam 5 Mai - 12:01

j'perds te perds etc..
j'perdos te perdos etc..
j'perdrai te perdras etc
que j'perde, qu'te perdes etc..
j'perdos, te perdros etc..
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

Merci pou tout cha Maîte!

Message  malyne le Sam 5 Mai - 12:34

te mérites un bon café, et pis eune goutte
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Bon maîte i a des verpes qui faut que j' vos, avec ti

Message  malyne le Jeu 10 Mai - 21:38

ou bien que j' révise un molé?

réfléchir= busir...ouvrir , et pis: ouvrer, pis" comprinde " ch'ti là, pon facile!
ouvrir= groupe 2
Présint j' busie, te busies, i busit, in busit, vous busissez, is busiss'tent

Imparfait, j' busissos, te bussissos, i, busissot, vous busissotes is busissotent
j'busios, te busios i busiot in busiot vous busiotes is busiotent
Futur j' busirai etc

Conditionnel Présint, j' busiros , te busiros, i busirot, vous busirotes, is busirotent

Subjonctif Présint : que j' busisse, que te busisses , qu'i busit, qu'in busites , que vous busissiez, qu'is busiss'tent
que j'busiche, qu'te busiches, qu'i busiche, qu'in busiche, qu'vous busichiez, qu'is busich'tent

Passé Composé, j'ai busie....etc...

et :craindre? (groupe3) un essai Maîte ? j' crains , te crains
Imparfait: j' craignos te craignos ..etc
Futur : j' craindrai ..etc
Conditionnel Présint : j' craindros ...etc..
Subjonctif Présint .:que j' craigne que j'crainche

Passé composé .;j'ai crains

pet'ête :" ouvrir (groupe3) comme couvrir " j' dos arploncher dins mes cahiers là ....


mais ouvrer= groupe 1 mais pas facile ch'ti là..J' sais pon l' conjuguer Maîte
ouvrer s'impoie principalemint à l'infinitif : j'vas ouvrer, j'étos parti ouvrer etc..
un peu d'aide Maîte et j' continue à conjuguer cha qui t' paraît interéssant, merci Maîte
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Bon Maîte j' vas arprinde ch'verpe : crainde

Message  malyne le Ven 11 Mai - 8:00

pis ouvrir, pis comprinde ..pis , bousculer ..ch'est m' prochaine conjugaison Maîte, merci pou l' correction j' laiche ichi, eune boutelle d' g'nièfe et eune tarte aux maroilles
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Verpe craindre = crainde et verpe comprinde

Message  malyne le Ven 11 Mai - 15:40

Présint : j' crains, te crains, i craint, in craint, vous craigniez, is craint'ent
Imparfait : j' craignos, te craignot, i craignot, vous craignotes, is craignotent
Passé composé, s' conjugue avec , l’auxiliaire : avoir:
j'ai craint , t'as craint, i a craint, in a craint, vous avez craint, is ont craint
Futur : j' craindrai etc
Conditionnel Présint : j' craindros, te craindros, i craindrot, in craindrotes , s craindrotent
Subjonctif Présint : que j' crainche , que te crainches, qu'i craint , qu'in craint, que vous crainchiez, qu'is crainch'tent

Ici verpe du groupe 3 à bin armarquer l' terminaison in : aindre ...

Bon j' continue

A ch' t'heure...: comprinde ! verpe pronominal = groupe 3 = verpe transitif direct s' conjugue avec l'auxiliaire : avoir

Présint : j' comprinds, te comprinds, i comprind, in comprind, vous comprenez, is comprenn'tent

Imparfait : j' comprenos, te comprenos, i comprenot, vous comprenotes, ils comprenotent

Conditionnel Présint: j' comprindros, te comprindros, i comprindrot, in comprindrot, vous comprindrôtes, is comprindrôtent

Sunjonctif Présint : que j' comprinte, que te comprinte, qu'i comprinte, que vous compreniez, qu'is comprind'tent
que j'comprinche, qu'te comprinces, qu'i comprinche, qu'in comprinche, qu'vous comprenniez, qui comprinch'tent
Futur, j' comprindrai, te conprindras etc

Passé composé, j'ai compris etc...
Maîte j' vas avancer incor, mais j' vas faire un tableau, avec ches groupes 1,2,3, et lu terminaison ...j' ferai français,= pis patos


Merci pou t' parienche Maîte , te corriches quind te t' sins hein biloute ?


avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Merci Maîte pou l' correction

Message  malyne le Sam 12 Mai - 17:33

Dis me stp, si ch' verpe : assaillir, et bin i s' conjugue ? Merci maîte
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

verpe déduire, assaillir

Message  malyne le Sam 12 Mai - 20:20

Présint : j' déduis te déduis , i déduit etc
Imparfait : j' déduisos, te déduisos i déduisot etc
PComposé: j'ai déduit
Conditionnel Présint j' déduiros etc
Subjonctif .P que j' déduiche.

Assaillir= terminaison: aillir

aille = alle in patos
Présint :J'assalle
Imparfait: j'assallos
Présint Conditionnel : j'assalleros
Subjonctif présint que j'assalliche

j'assaille etc..

Duchemint j' vas,arcopier tout cha su min cahier, j'écris , in Franços ch' verpe et à côté in rouche la traduc ..insin j'armettrai tout cha dins l' classe, à ch' tableau pour artenir ches terminaisons, pou mi ch'est ches verpes du groupe 3 qui est difficile !

Bon diminche à tertous m'z'amis ..bon oukend a ti Cartouche, arposes te bin hein?et surtout merci pou l' correction Maîte cha m' fait tant plaiji
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Re: L' NOUVELLE CLASSE

Message  Cartouche le Dim 13 Mai - 7:08

bin te sais ch'est pon un verpe qu'in imploie cha, au lieu d'dire j'vas l'assaillir in dira j'vas i foute sur s'n'oeul
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

bon merci ti, mais l' verpe déduire stp?

Message  malyne le Dim 13 Mai - 7:56

Bon allez j' vas prinde m' carrette et j' file ..i fait solel, j' vas balader ..fouiner ....m bronzer !!!!!!! jardiner ..bref.u, jor d' vagances ...
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Re: L' NOUVELLE CLASSE

Message  Cartouche le Dim 13 Mai - 8:50

ah déduire ouias , cha cha s'conjugue

j'déduis, te déduis etc..
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

Un molé d lecture ch' soir

Message  malyne le Lun 14 Mai - 21:29

I fait nuit. Dins l'coron aucun' lumièr' qui brille
A peine un coin d' clairté dins l'z inter-deux d'peignons.
Tout dort. In intind fauqu' corner l'haleine agile
Del machine à vapeur d'eun' foss' là-vo pus lon...

Vers tros heur's du matin, v'là l'cité qui s'réville
Les coqs, dins l'z étolett's, jett'nt leu premièr' canchon
Eun' par eun', les ferniet's s'alleum'nt d'un feu tranquille
Et rind'nt un peu la vie et l'mouv'mint dins l'coron.

L'heur' sacré' du travail dins tous les coins éclate
L'bruit qu'in fait, su l'volet, pou rév'lier l'comarate,
S'mêle aux longs cris d'appel in singuliers échos...

Chaqu' port' s'ouvre in jétant eun' trace illuminée.
Les femm's dis'nt aux mineurs ; "A r'voir, eun' bonn' journée !"
Pis l'z homm's s'effac'nt, dins l'nuit, in traînant leurs chabots.

Jules Mousseron.
L' Vantard.

Cafougnett' ch'est un brave homme ;
Mais parfois i vous assomme
Quand i vous d'vise in bavard
Et qu'i veut faire el vantard.

Eun'fos, à l'nouvelle année,
Chez s'comarate Amédée
Il arriv' friand-battant
Histoir' de l'mette in bon an.

"J'vous l' souhait' bonne et heureuse !"
L'femm', qu'arrive el min' sérieuse,
Répond : " A vous parell'mint !
M'n homme est in haut pou l'momint.

I-est mald, i-a les pauquettes !
J'vous in pri', Zeph Cafougnette
Dépêchez-vous d'vous r'tirer :
Cheull'maladi' peut s'gagner."

"-Mi ? répond Zeph par bravade,
J'n'ai jamais été malade.
J'n'ai point peur, j'n'attrap'rai rien :
J'n'ai jamais eu b'soin d' méd'cin !

"- Ch'est égal, qu'alle erprind l'femme,
Vous l'z attrap'rott's bin tout d'même.
Vot' visag' s'rot tout plein d'tros :
Vous n'êt's pas déjà trop biau ! "

"- Non, non, j'in ai bin vu d'autes,
Ah ! j'voudros qu' vous m' connaîtrott's."
In disant cha, not' blatier
Grimp' quate à quat' 'escalier.

"-Bonjour ! éj' té la souhaite !
N'euch' point d'craint' : ch'est Cafougnette."
L'malad' li répond dé s'lit :
"-Bin, mon vieux, t'n'as point peur, ti."

"-Mi ? jé n'crains vint ni orage !
J'trouv' qué ch'est d' l'infantillage.
L'vaccinag', tout l' saint-frusquin !
J' n'ai jamais eu b'soin d' méd'cin."

- " Bé nous allons boire un verre
J'vos, Zeph, qué t'es un vieux frère.
In bot, et, les verr's vidés,
Cafougnette' veut r'dévaler."

-" Comarat' comm' té d' dépêches !
Mais t'as tes pieds tout pleins d'neiche.
Attintion ! t' pourros glicher,
Et bouler dins l'z escaliers ..."

-"Mi ? kaiir, jamais d' la vie !
Pas pus d' chut' qué d' maladie.
J'ai déjà tant desquindu
Ej' n'ai cor jamais kaiû."

L' dernier' phras' n'étot point dite
Qu'Cafougnette s' précipite,
Gliche et s'écroul' - patatras ! -
S' tiêt' pemièr' du haut in bas?

- " Il est tué, mon Dieu, ma mère ! "
S'écri' l'malad' prêt à braire,
I s'traine in bas aussitôt.
L' brav' Cafougnett' s'erlévot.

Il avot du sang plein s'tiête
Deux boursiaux comm' deux cholettes
Ses lèvr's dév'nott'nt, in s'gonflant
Des bords ed capiau montant.

-"Bin ! eh' est bon bin ! in v'la eine
T'vos ? té t'révernis su' l'daine.
Pourtant j'té l'avos bien dit
Ed faire attention à ti !"

-"Mi ? répond Zeph Cafougnette
J' n'ai mi' rien, bè du ! bah ! ouaitte !
Non, non, n'y-a point d'embarras...
Mi, j'desquind toudis comm' cha !

Jules Mousseron
L' Rétiau

L'aut' jour, el bon Cafougnette,
L'homme in n'peut point pus honnête,
Ouvrot comme cha inter temps,
In rêt'lant s'blé dins les camps.

Tout d'un coup i passe un liève
Vite Cafougnette i s'éliève
Et met l' lièvre in jou', sitôt,
Avec el manche de s'rétiau.

"Oh ! iou ! iou ! pinsot no drôle,
In t'nant s'n othieu à s'n épaule
Si m' rétiau ch' s'rot un fusil
C'lièv'-là s'rot bintôt pour mi ! "

Oui mais juste à l' même minute,
Un chasseur, derrière eun' butte,
Su l'liève i vénot d'tirer,
Et l'animal étot tué !

V'là qu'arrive el gard'-champête.
Il avot vu Cafougnette
In joue avec es rétiau.
I li dit : "vite à l'osteau !

Vous venez d'tuer un liève.
R'vettiez, le v'là qui crève
Vous connaissez l'cod' pénal ?
J'vous dresse un procès-verbal."

L'aut' répond : "Pardon, m'sieu l' garde,
Aussi vrai qu'cha vous ergarde,
J'jure qué j'n'avos point r'marqué
Qué m'rétiau i-étot querqué ! "

Jules Mousseron
Tableau d'automne dins les corons.

Les infants s'amus'nt à l'breunette,
Deux par deux longeant les corons.
Ils sont d'eun'joi, qu''ch'est eun' vrai' fiète
D' les intindr' canter leus canchons...

C' ui fait leu bonheur, ch'est peu d' chose :
Ch'est eun lantern' qu'un p'tiot gamin
A faite avec eun' bett'rav' rose,
Et qui les éclair' joyeus'mint.

Qu'ils sont contints d'suivr' cheull' leumière !
Il est l'soir, il est temps d' rintrer.
Mais dé d'sus l'pas d' leu port', les mères,
Les voyant si gais, les laiss'nt juer.

All' march' fin vrân'mint, l'bind' joyeuse !
Tous s'drèch'nt, d'puis l'pus grand t' qu'au pus tiot
Les yeux su l'bett'rav' lumineuse
Comm' des soldats su leu drapeau.

Qu'est c' qu'ils ont pou vibrer d'la sorte,
Ed toute el forche ed leu p'tit coeur ?
Ils n' sav'nt point chu qui les transporte...
Chacun a s'façon s' crot vainqueur ...

Joi' courte, hélas ! - L'z infants, pêl'-mêle,
Tristémint, sont bintôt r'vénus.
Leus illusions, pis l'bout d' chandelle,
Dins l' fond d' bett'rave avott'nt fondu ! ...

Jules Mousseron.
Dans ces quatre poèmes on peut voir notre héros Cafougnette dans toute sa splendeur, vantard à l'extrême, et qui veut toujours avoir le dernier mot, même s'il souffre dans sa chair, où s'il doit paraître pour un benêt.

Quant à la vie dans les corons elle est içi très bien décrite soit à travers le prisme des enfants, soit à travers le vécu du quotidien....

Vous pourrez découvrir beaucoup d'autres poèmes ou quatrains de Jules Mousseron dans ce site, ou si vous voulez mieux le connaître, consultez les sites qui lui sont consacrés (voir liens)
Jacques Monneret est né en ......... et vit toujours actuellement à Blanzy. Ancien mineur il s'occupe aujourd'hui des visites de son ancien lieu de travail et a comme passe-temps favori la rédaction de quelques poèmes dont voici quelques exemples.

Poèmes à la gloire de ces gueules noires, à la gloire des objets familiers et précieux, à la gloire de l'humanité...


I fait nuit. Dins l'coron aucun' lumièr' qui brille
A peine un coin d' clairté dins l'z inter-deux d'peignons.
Tout dort. In intind fauqu' corner l'haleine agile
Del machine à vapeur d'eun' foss' là-vo pus lon...

Vers tros heur's du matin, v'là l'cité qui s'réville
Les coqs, dins l'z étolett's, jett'nt leu premièr' canchon
Eun' par eun', les ferniet's s'alleum'nt d'un feu tranquille
Et rind'nt un peu la vie et l'mouv'mint dins l'coron.

L'heur' sacré' du travail dins tous les coins éclate
L'bruit qu'in fait, su l'volet, pou rév'lier l'comarate,
S'mêle aux longs cris d'appel in singuliers échos...

Chaqu' port' s'ouvre in jétant eun' trace illuminée.
Les femm's dis'nt aux mineurs ; "A r'voir, eun' bonn' journée !"
Pis l'z homm's s'effac'nt, dins l'nuit, in traînant leurs chabots.

Jules Mousseron.
L' Vantard.

Cafougnett' ch'est un brave homme ;
Mais parfois i vous assomme
Quand i vous d'vise in bavard
Et qu'i veut faire el vantard.

Eun'fos, à l'nouvelle année,
Chez s'comarate Amédée
Il arriv' friand-battant
Histoir' de l'mette in bon an.

"J'vous l' souhait' bonne et heureuse !"
L'femm', qu'arrive el min' sérieuse,
Répond : " A vous parell'mint !
M'n homme est in haut pou l'momint.

I-est mald, i-a les pauquettes !
J'vous in pri', Zeph Cafougnette
Dépêchez-vous d'vous r'tirer :
Cheull'maladi' peut s'gagner."

"-Mi ? répond Zeph par bravade,
J'n'ai jamais été malade.
J'n'ai point peur, j'n'attrap'rai rien :
J'n'ai jamais eu b'soin d' méd'cin !

"- Ch'est égal, qu'alle erprind l'femme,
Vous l'z attrap'rott's bin tout d'même.
Vot' visag' s'rot tout plein d'tros :
Vous n'êt's pas déjà trop biau ! "

"- Non, non, j'in ai bin vu d'autes,
Ah ! j'voudros qu' vous m' connaîtrott's."
In disant cha, not' blatier
Grimp' quate à quat' 'escalier.

"-Bonjour ! éj' té la souhaite !
N'euch' point d'craint' : ch'est Cafougnette."
L'malad' li répond dé s'lit :
"-Bin, mon vieux, t'n'as point peur, ti."

"-Mi ? jé n'crains vint ni orage !
J'trouv' qué ch'est d' l'infantillage.
L'vaccinag', tout l' saint-frusquin !
J' n'ai jamais eu b'soin d' méd'cin."

- " Bé nous allons boire un verre
J'vos, Zeph, qué t'es un vieux frère.
In bot, et, les verr's vidés,
Cafougnette' veut r'dévaler."

-" Comarat' comm' té d' dépêches !
Mais t'as tes pieds tout pleins d'neiche.
Attintion ! t' pourros glicher,
Et bouler dins l'z escaliers ..."

-"Mi ? kaiir, jamais d' la vie !
Pas pus d' chut' qué d' maladie.
J'ai déjà tant desquindu
Ej' n'ai cor jamais kaiû."

L' dernier' phras' n'étot point dite
Qu'Cafougnette s' précipite,
Gliche et s'écroul' - patatras ! -
S' tiêt' pemièr' du haut in bas?

- " Il est tué, mon Dieu, ma mère ! "
S'écri' l'malad' prêt à braire,
I s'traine in bas aussitôt.
L' brav' Cafougnett' s'erlévot.

Il avot du sang plein s'tiête
Deux boursiaux comm' deux cholettes
Ses lèvr's dév'nott'nt, in s'gonflant
Des bords ed capiau montant.

-"Bin ! eh' est bon bin ! in v'la eine
T'vos ? té t'révernis su' l'daine.
Pourtant j'té l'avos bien dit
Ed faire attention à ti !"

-"Mi ? répond Zeph Cafougnette
J' n'ai mi' rien, bè du ! bah ! ouaitte !
Non, non, n'y-a point d'embarras...
Mi, j'desquind toudis comm' cha !

Jules Mousseron
L' Rétiau

L'aut' jour, el bon Cafougnette,
L'homme in n'peut point pus honnête,
Ouvrot comme cha inter temps,
In rêt'lant s'blé dins les camps.

Tout d'un coup i passe un liève
Vite Cafougnette i s'éliève
Et met l' lièvre in jou', sitôt,
Avec el manche de s'rétiau.

"Oh ! iou ! iou ! pinsot no drôle,
In t'nant s'n othieu à s'n épaule
Si m' rétiau ch' s'rot un fusil
C'lièv'-là s'rot bintôt pour mi ! "

Oui mais juste à l' même minute,
Un chasseur, derrière eun' butte,
Su l'liève i vénot d'tirer,
Et l'animal étot tué !

V'là qu'arrive el gard'-champête.
Il avot vu Cafougnette
In joue avec es rétiau.
I li dit : "vite à l'osteau !

Vous venez d'tuer un liève.
R'vettiez, le v'là qui crève
Vous connaissez l'cod' pénal ?
J'vous dresse un procès-verbal."

L'aut' répond : "Pardon, m'sieu l' garde,
Aussi vrai qu'cha vous ergarde,
J'jure qué j'n'avos point r'marqué
Qué m'rétiau i-étot querqué ! "

Jules Mousseron
Tableau d'automne dins les corons.

Les infants s'amus'nt à l'breunette,
Deux par deux longeant les corons.
Ils sont d'eun'joi, qu''ch'est eun' vrai' fiète
D' les intindr' canter leus canchons...

C' ui fait leu bonheur, ch'est peu d' chose :
Ch'est eun lantern' qu'un p'tiot gamin
A faite avec eun' bett'rav' rose,
Et qui les éclair' joyeus'mint.

Qu'ils sont contints d'suivr' cheull' leumière !
Il est l'soir, il est temps d' rintrer.
Mais dé d'sus l'pas d' leu port', les mères,
Les voyant si gais, les laiss'nt juer.

All' march' fin vrân'mint, l'bind' joyeuse !
Tous s'drèch'nt, d'puis l'pus grand t' qu'au pus tiot
Les yeux su l'bett'rav' lumineuse
Comm' des soldats su leu drapeau.

Qu'est c' qu'ils ont pou vibrer d'la sorte,
Ed toute el forche ed leu p'tit coeur ?
Ils n' sav'nt point chu qui les transporte...
Chacun a s'façon s' crot vainqueur ...

Joi' courte, hélas ! - L'z infants, pêl'-mêle,
Tristémint, sont bintôt r'vénus.
Leus illusions, pis l'bout d' chandelle,
Dins l' fond d' bett'rave avott'nt fondu ! ...

Jules Mousseron.
Dans ces quatre poèmes on peut voir notre héros Cafougnette dans toute sa splendeur, vantard à l'extrême, et qui veut toujours avoir le dernier mot, même s'il souffre dans sa chair, où s'il doit paraître pour un benêt.

Quant à la vie dans les corons elle est içi très bien décrite soit à travers le prisme des enfants, soit à travers le vécu du quotidien....

Vous pourrez découvrir beaucoup d'autres poèmes ou quatrains de Jules Mousseron dans ce site, ou si vous voulez mieux le connaître, consultez les sites qui lui sont consacrés (voir liens)
Jacques Monneret est né en ......... et vit toujours actuellement à Blanzy. Ancien mineur il s'occupe aujourd'hui des visites de son ancien lieu de travail et a comme passe-temps favori la rédaction de quelques poèmes dont voici quelques exemples.

Poèmes à la gloire de ces gueules noires, à la gloire des objets familiers et précieux, à la gloire de l'humanité...


I fait nuit. Dins l'coron aucun' lumièr' qui brille
A peine un coin d' clairté dins l'z inter-deux d'peignons.
Tout dort. In intind fauqu' corner l'haleine agile
Del machine à vapeur d'eun' foss' là-vo pus lon...

Vers tros heur's du matin, v'là l'cité qui s'réville
Les coqs, dins l'z étolett's, jett'nt leu premièr' canchon
Eun' par eun', les ferniet's s'alleum'nt d'un feu tranquille
Et rind'nt un peu la vie et l'mouv'mint dins l'coron.

L'heur' sacré' du travail dins tous les coins éclate
L'bruit qu'in fait, su l'volet, pou rév'lier l'comarate,
S'mêle aux longs cris d'appel in singuliers échos...

Chaqu' port' s'ouvre in jétant eun' trace illuminée.
Les femm's dis'nt aux mineurs ; "A r'voir, eun' bonn' journée !"
Pis l'z homm's s'effac'nt, dins l'nuit, in traînant leurs chabots.

Jules Mousseron.
L' Vantard.

Cafougnett' ch'est un brave homme ;
Mais parfois i vous assomme
Quand i vous d'vise in bavard
Et qu'i veut faire el vantard.

Eun'fos, à l'nouvelle année,
Chez s'comarate Amédée
Il arriv' friand-battant
Histoir' de l'mette in bon an.

"J'vous l' souhait' bonne et heureuse !"
L'femm', qu'arrive el min' sérieuse,
Répond : " A vous parell'mint !
M'n homme est in haut pou l'momint.

I-est mald, i-a les pauquettes !
J'vous in pri', Zeph Cafougnette
Dépêchez-vous d'vous r'tirer :
Cheull'maladi' peut s'gagner."

"-Mi ? répond Zeph par bravade,
J'n'ai jamais été malade.
J'n'ai point peur, j'n'attrap'rai rien :
J'n'ai jamais eu b'soin d' méd'cin !

"- Ch'est égal, qu'alle erprind l'femme,
Vous l'z attrap'rott's bin tout d'même.
Vot' visag' s'rot tout plein d'tros :
Vous n'êt's pas déjà trop biau ! "

"- Non, non, j'in ai bin vu d'autes,
Ah ! j'voudros qu' vous m' connaîtrott's."
In disant cha, not' blatier
Grimp' quate à quat' 'escalier.

"-Bonjour ! éj' té la souhaite !
N'euch' point d'craint' : ch'est Cafougnette."
L'malad' li répond dé s'lit :
"-Bin, mon vieux, t'n'as point peur, ti."

"-Mi ? jé n'crains vint ni orage !
J'trouv' qué ch'est d' l'infantillage.
L'vaccinag', tout l' saint-frusquin !
J' n'ai jamais eu b'soin d' méd'cin."

- " Bé nous allons boire un verre
J'vos, Zeph, qué t'es un vieux frère.
In bot, et, les verr's vidés,
Cafougnette' veut r'dévaler."

-" Comarat' comm' té d' dépêches !
Mais t'as tes pieds tout pleins d'neiche.
Attintion ! t' pourros glicher,
Et bouler dins l'z escaliers ..."

-"Mi ? kaiir, jamais d' la vie !
Pas pus d' chut' qué d' maladie.
J'ai déjà tant desquindu
Ej' n'ai cor jamais kaiû."

L' dernier' phras' n'étot point dite
Qu'Cafougnette s' précipite,
Gliche et s'écroul' - patatras ! -
S' tiêt' pemièr' du haut in bas?

- " Il est tué, mon Dieu, ma mère ! "
S'écri' l'malad' prêt à braire,
I s'traine in bas aussitôt.
L' brav' Cafougnett' s'erlévot.

Il avot du sang plein s'tiête
Deux boursiaux comm' deux cholettes
Ses lèvr's dév'nott'nt, in s'gonflant
Des bords ed capiau montant.

-"Bin ! eh' est bon bin ! in v'la eine
T'vos ? té t'révernis su' l'daine.
Pourtant j'té l'avos bien dit
Ed faire attention à ti !"

-"Mi ? répond Zeph Cafougnette
J' n'ai mi' rien, bè du ! bah ! ouaitte !
Non, non, n'y-a point d'embarras...
Mi, j'desquind toudis comm' cha !

Jules Mousseron
L' Rétiau

L'aut' jour, el bon Cafougnette,
L'homme in n'peut point pus honnête,
Ouvrot comme cha inter temps,
In rêt'lant s'blé dins les camps.

Tout d'un coup i passe un liève
Vite Cafougnette i s'éliève
Et met l' lièvre in jou', sitôt,
Avec el manche de s'rétiau.

"Oh ! iou ! iou ! pinsot no drôle,
In t'nant s'n othieu à s'n épaule
Si m' rétiau ch' s'rot un fusil
C'lièv'-là s'rot bintôt pour mi ! "

Oui mais juste à l' même minute,
Un chasseur, derrière eun' butte,
Su l'liève i vénot d'tirer,
Et l'animal étot tué !

V'là qu'arrive el gard'-champête.
Il avot vu Cafougnette
In joue avec es rétiau.
I li dit : "vite à l'osteau !

Vous venez d'tuer un liève.
R'vettiez, le v'là qui crève
Vous connaissez l'cod' pénal ?
J'vous dresse un procès-verbal."

L'aut' répond : "Pardon, m'sieu l' garde,
Aussi vrai qu'cha vous ergarde,
J'jure qué j'n'avos point r'marqué
Qué m'rétiau i-étot querqué ! "

Jules Mousseron
Tableau d'automne dins les corons.

Les infants s'amus'nt à l'breunette,
Deux par deux longeant les corons.
Ils sont d'eun'joi, qu''ch'est eun' vrai' fiète
D' les intindr' canter leus canchons...

C' ui fait leu bonheur, ch'est peu d' chose :
Ch'est eun lantern' qu'un p'tiot gamin
A faite avec eun' bett'rav' rose,
Et qui les éclair' joyeus'mint.

Qu'ils sont contints d'suivr' cheull' leumière !
Il est l'soir, il est temps d' rintrer.
Mais dé d'sus l'pas d' leu port', les mères,
Les voyant si gais, les laiss'nt juer.

All' march' fin vrân'mint, l'bind' joyeuse !
Tous s'drèch'nt, d'puis l'pus grand t' qu'au pus tiot
Les yeux su l'bett'rav' lumineuse
Comm' des soldats su leu drapeau.

Qu'est c' qu'ils ont pou vibrer d'la sorte,
Ed toute el forche ed leu p'tit coeur ?
Ils n' sav'nt point chu qui les transporte...
Chacun a s'façon s' crot vainqueur ...

Joi' courte, hélas ! - L'z infants, pêl'-mêle,
Tristémint, sont bintôt r'vénus.
Leus illusions, pis l'bout d' chandelle,
Dins l' fond d' bett'rave avott'nt fondu ! ...

Jules Mousseron.
Dans ces quatre poèmes on peut voir notre héros Cafougnette dans toute sa splendeur, vantard à l'extrême, et qui veut toujours avoir le dernier mot, même s'il souffre dans sa chair, où s'il doit paraître pour un benêt.

Quant à la vie dans les corons elle est içi très bien décrite soit à travers le prisme des enfants, soit à travers le vécu du quotidien....

Vous pourrez découvrir beaucoup d'autres poèmes ou quatrains de Jules Mousseron dans ce site, ou si vous voulez mieux le connaître, consultez les sites qui lui sont consacrés (voir liens)
Jacques Monneret est né en ......... et vit toujours actuellement à Blanzy. Ancien mineur il s'occupe aujourd'hui des visites de son ancien lieu de travail et a comme passe-temps favori la rédaction de quelques poèmes dont voici quelques exemples.

Poèmes à la gloire de ces gueules noires, à la gloire des objets familiers et précieux, à la gloire de l'humanité...


Charbon et poésie.Jules MOUSSERON. "le poète mineur"Jacques MONNERET, mineur à BLANZY.Mineurs de chez nous.

Les gueules noires comme on les appelait jadis,
Remontaient les yeux cerclés de noir du fond du puits
Rude labeur pour ces hommes du charbon
Transformant leur travail en passion.
Il fallait en avoir du courage
Pour descendre au fond à leur âge.
Pic, pioche, à treize ans pousser les bennes
Aller et venir de la cage à la veine
Eboulements, grisou, silicose, jalonnaient leur vie,
Il faut les entendre aujourd'hui
Se remémorer, raconter leur histoire
Afin que leurs enfants les gardent en mémoire.
Petits enfants, écoutez parler leur coeur
Remonter le charbon, c'était pour votre bonheur,
Puisqu'une page est désormais tournée,
Ecoutez leur histoire à la veillée
Ce sera pour eux un dernier hommage
A leur rendre pour leur courage
Merci aux gueules noires.

Jacques Monneret.
L'étoile du mineur.

Cette lanterne, cette lueur,
Tremblante au fond du trou
Nous rappelle des malheurs,
Catastrophes, coups de grisou.
Cette lampe de mineur,
Qui le guide dans la nuit
Chaque jour, chaque heure,
C'est son étoile qui luit.
Cachée au fond du puits,
Elle disparaît à ses yeux,
Pourquoi s'est-elle enfuie
Loin sous d'autres cieux.
Alors que faire sans lumière,
Perdus dans les galeries
A mille mètres sous terre,
En haut c'est beau la vie.
Dans son coeur, il sait le mineur,
Pourquoi dans le noir un astre brille
Il en oublie son dur labeur
Pense fort à sa petite famille

Jacques Monneret.

I fait nuit. Dins l'coron aucun' lumièr' qui brille
A peine un coin d' clairté dins l'z inter-deux d'peignons.
Tout dort. In intind fauqu' corner l'haleine agile
Del machine à vapeur d'eun' foss' là-vo pus lon...

Vers tros heur's du matin, v'là l'cité qui s'réville
Les coqs, dins l'z étolett's, jett'nt leu premièr' canchon
Eun' par eun', les ferniet's s'alleum'nt d'un feu tranquille
Et rind'nt un peu la vie et l'mouv'mint dins l'coron.

L'heur' sacré' du travail dins tous les coins éclate
L'bruit qu'in fait, su l'volet, pou rév'lier l'comarate,
S'mêle aux longs cris d'appel in singuliers échos...

Chaqu' port' s'ouvre in jétant eun' trace illuminée.
Les femm's dis'nt aux mineurs ; "A r'voir, eun' bonn' journée !"
Pis l'z homm's s'effac'nt, dins l'nuit, in traînant leurs chabots.

Jules Mousseron.
L' Vantard.

Cafougnett' ch'est un brave homme ;
Mais parfois i vous assomme
Quand i vous d'vise in bavard
Et qu'i veut faire el vantard.

Eun'fos, à l'nouvelle année,
Chez s'comarate Amédée
Il arriv' friand-battant
Histoir' de l'mette in bon an.

"J'vous l' souhait' bonne et heureuse !"
L'femm', qu'arrive el min' sérieuse,
Répond : " A vous parell'mint !
M'n homme est in haut pou l'momint.

I-est mald, i-a les pauquettes !
J'vous in pri', Zeph Cafougnette
Dépêchez-vous d'vous r'tirer :
Cheull'maladi' peut s'gagner."

"-Mi ? répond Zeph par bravade,
J'n'ai jamais été malade.
J'n'ai point peur, j'n'attrap'rai rien :
J'n'ai jamais eu b'soin d' méd'cin !

"- Ch'est égal, qu'alle erprind l'femme,
Vous l'z attrap'rott's bin tout d'même.
Vot' visag' s'rot tout plein d'tros :
Vous n'êt's pas déjà trop biau ! "

"- Non, non, j'in ai bin vu d'autes,
Ah ! j'voudros qu' vous m' connaîtrott's."
In disant cha, not' blatier
Grimp' quate à quat' 'escalier.

"-Bonjour ! éj' té la souhaite !
N'euch' point d'craint' : ch'est Cafougnette."
L'malad' li répond dé s'lit :
"-Bin, mon vieux, t'n'as point peur, ti."

"-Mi ? jé n'crains vint ni orage !
J'trouv' qué ch'est d' l'infantillage.
L'vaccinag', tout l' saint-frusquin !
J' n'ai jamais eu b'soin d' méd'cin."

- " Bé nous allons boire un verre
J'vos, Zeph, qué t'es un vieux frère.
In bot, et, les verr's vidés,
Cafougnette' veut r'dévaler."

-" Comarat' comm' té d' dépêches !
Mais t'as tes pieds tout pleins d'neiche.
Attintion ! t' pourros glicher,
Et bouler dins l'z escaliers ..."

-"Mi ? kaiir, jamais d' la vie !
Pas pus d' chut' qué d' maladie.
J'ai déjà tant desquindu
Ej' n'ai cor jamais kaiû."

L' dernier' phras' n'étot point dite
Qu'Cafougnette s' précipite,
Gliche et s'écroul' - patatras ! -
S' tiêt' pemièr' du haut in bas?

- " Il est tué, mon Dieu, ma mère ! "
S'écri' l'malad' prêt à braire,
I s'traine in bas aussitôt.
L' brav' Cafougnett' s'erlévot.

Il avot du sang plein s'tiête
Deux boursiaux comm' deux cholettes
Ses lèvr's dév'nott'nt, in s'gonflant
Des bords ed capiau montant.

-"Bin ! eh' est bon bin ! in v'la eine
T'vos ? té t'révernis su' l'daine.
Pourtant j'té l'avos bien dit
Ed faire attention à ti !"

-"Mi ? répond Zeph Cafougnette
J' n'ai mi' rien, bè du ! bah ! ouaitte !
Non, non, n'y-a point d'embarras...
Mi, j'desquind toudis comm' cha !

Jules Mousseron
L' Rétiau

L'aut' jour, el bon Cafougnette,
L'homme in n'peut point pus honnête,
Ouvrot comme cha inter temps,
In rêt'lant s'blé dins les camps.

Tout d'un coup i passe un liève
Vite Cafougnette i s'éliève
Et met l' lièvre in jou', sitôt,
Avec el manche de s'rétiau.

"Oh ! iou ! iou ! pinsot no drôle,
In t'nant s'n othieu à s'n épaule
Si m' rétiau ch' s'rot un fusil
C'lièv'-là s'rot bintôt pour mi ! "

Oui mais juste à l' même minute,
Un chasseur, derrière eun' butte,
Su l'liève i vénot d'tirer,
Et l'animal étot tué !

V'là qu'arrive el gard'-champête.
Il avot vu Cafougnette
In joue avec es rétiau.
I li dit : "vite à l'osteau !

Vous venez d'tuer un liève.
R'vettiez, le v'là qui crève
Vous connaissez l'cod' pénal ?
J'vous dresse un procès-verbal."

L'aut' répond : "Pardon, m'sieu l' garde,
Aussi vrai qu'cha vous ergarde,
J'jure qué j'n'avos point r'marqué
Qué m'rétiau i-étot querqué ! "

Jules Mousseron
Tableau d'automne dins les corons.

Les infants s'amus'nt à l'breunette,
Deux par deux longeant les corons.
Ils sont d'eun'joi, qu''ch'est eun' vrai' fiète
D' les intindr' canter leus canchons...

C' ui fait leu bonheur, ch'est peu d' chose :
Ch'est eun lantern' qu'un p'tiot gamin
A faite avec eun' bett'rav' rose,
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Bin niouque Maîte t' dis rin pou mes lectures ...

Message  malyne le Jeu 17 Mai - 20:54

et mi, qui ouvre tous ches soirs...bin j' mouze,v'là
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Re: L' NOUVELLE CLASSE

Message  Cartouche le Ven 18 Mai - 13:48

ben alles sont bien tes lectures mais mi j'les connot d'pus longtimps te sais,Jules Mousseron c'est eune figure d'note pays
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

Eh Maîte ? pourquoi?

Message  malyne le Ven 18 Mai - 14:35

T'écris : "note =notre " ch' dico i m'a apprit : nou=notre et nous= nos?????
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Re: L' NOUVELLE CLASSE

Message  Cartouche le Ven 18 Mai - 14:44

in peut dire note, nou, nos
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

Note= nous, cha m' va Maîte!

Message  malyne le Ven 18 Mai - 21:35

Bin j' commiche à essayer d' ..parler .ch' patos, et pis Maîte te m' diras quo? avec min acccint d' tchud ..Anso te ris pon hein?
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Ch' verpe : partir?

Message  malyne le Lun 21 Mai - 15:45

Bonjor Maîte ! commint que te vas? j'ai préparé un rhum, i fait frod dins l' classe hein? J'ai porté du bos de m' majon, ch'est d' veilles portes, que j'ai cangées, cha brûle cha hein dins l' quéminée !
Ouais ..Maîte j' vas faire un tableau des verpes du groupe 3 avec l' terminaison in : ir,
et i m' minque : partir, alors j' chus intriguée ! néon cha s' conjugue stp?
Sinté Maîte , j' trinque avec ti, et tous cheux qui pass'tent par là, y fait si frod!


si te peux arponte Maîte cha fait rin! tu feras quint te pourras ! merci Maîte
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

j'ai traduis un texte Maîte , mais corriges plus tard foque quind t'aras ch' timps

Message  malyne le Lun 21 Mai - 15:54

bouffanelle était une sorcière,au temps où dans les grandes forêts du gévaudan,il nous en restait quelques unes.
sorcière et avec une spécialité:le bâton du diable.
Bouffanelle étot, eune chorchelle, à ch' timps dù dins ches grindes forêts du Gévaudan, i nous z'in restôt quêques z'eunes i nous in,queques eunes
elle avait coupé un jeune bouleau de bois blanc;en avait enlevé l'écorce et l'avait creusé pour en faire un tuyau de bois.il lui restait
Alle avot copé un jonne bouleau d' bos blanc , in avot inlevé l'écorce, et l'avot creusé pou in faire un tuyau d' bos blanc. I li restot
donc,ams tram gram pic et pic et colegram,de souffler dans le tube,et à l'autre extrémité,apparaissait un diablotin dans sa culotte rouge.
don , ams tram gram pic et pic et colegram, d'souffler dins ch' tupe, et à l'aute estrémité, apparaichot un diablotin dins s'marrone rouche


un petit bonhomme rempli de malices et,qui, tant que durait le souffle de la sorcière dans le chalumeau,dansait la danse du diable.
un tchiot bonhomme rimpli d' malices et, qui, tant que durot ch' souffe de l' chorchelle dins ch'chalumeau, dinsot l' dinse du diape

dans les veillées,les fêtes,dans les kermesses paroissiales,au dessert des repas de noces, avec son bâton du diable, bouffanelle faisait
un tabac!!
dins ches veillées,ches fêtes, dins ches kermesses paroissiales, à ch' dessert des arpas d' noces , avec sin bâton du diape, Bouffarelle faijot tant,
tant,que cela suscita la convoitise de beaucoup...
tant que cha a suscité l' convoitisse d' gramint

certains allèrent dans la forêt, coupérent de jeunes bouleaux, en fabriquérent des sarbacanes dans lesquelles ils soufflaient de tous leurs
poumons!
Certains, sont allés dins l' forêt ,ont copés d' jones bouleaux, et in ont fabriqués des sarbacanes dins lesquelles is soufflotent d' tous lux
corées
avaient ils oublié la bonne formule? n'avaient ils pas l'âme assez sorciére? aucun diable n'apparaissait au bout du tube et les apprentis
sorciers en étaient por leur honte
is avotent, oblié l' bonne formule? is n'avotent pon l'âme assez chorchelle ? aucun diape n'apparaîchot à ch' bout du tupe et ches apprintis

capendant,par ce simple bâton creux,le fortune arriva à l'un d'eux:bouffarel,de la paroisse de bouffasol.
Cepindant, par ch' simpe bâton creux, l' fortune est arrivé à l'un d'eusse:Bouffarel de l' paroisse d' Bouffasol
à la veillée,devant le feu de l'âtre,pour la centiéme fois,bouffarel soufflait dans son tuyau...sans résultat
à l' veillée , devant ch' fû de l'âte , pou l' chintième fos, Bouffarel soufflot dis sin tuyau ..sins résultat

minuit approchait.le feu s'était etéint peu à peu,et, parmi les cendres,quelques braises timides clignaient de l(oeil avant de s'endormir
Minuit approchot, ch' fû s'étot étint, molé à molé, et parmi ches chintes , quêques braisses timites clignotent d' l'oeul , avant de s'indormir

soufflant toujours,bouffarel approcha sans le faire exprés,l'extremité du tube des braises qui subitement se réveillérent.
soufflant toudis, Bouffarel s'est approché, sins l' faire exprès , l'estrémité des braises qui subitemint s' sont révéllées
Le souffle de lhomme par l'intermédiaire du bâton creux leur avait rendu la vie!!
Ch' souffe d' l'homme par l'intermédiaire du bâton creux, li avot rindu l' vie !
et sous les yeux étonnés du faux sorcier,un feu tout neuf se mit à danser dans le foyer
Et d'zous ches yux étonnés du faux chorchier , un fû tout neux s'est mit à dinser dins ch' foyer

bouffarel venait d'inventer l'appareil à rallumer le feu sans se bruler les moustaches
Bouffarel, venot d'invinter l'apparel à ralleumer ch' fû sins s' bruler ches moustaches
né de la sorcière bouffanelle,mis au point par bouffarel,on l'appella: le bouffadou
né de l' chorchelle Bouffarelle, mis à ch' point, par Bouffarel, in l'a appelé Bouffadou


très bien, peu de fautes
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

chus v'nue faire un tour dins l' classe!

Message  malyne le Mar 5 Juin - 21:53

l' rimplir ed fleurs! Maîte j' continu, a bûcher l' patos, j' traduis, j' conjugue, et pis.;et pis ..j' prinds des mots et j' travale les ...INNNNNNNNNNN...quand j' vas d'aller a Henin ..au moins quind is m'intindront faire ches in "..i croiront que j' sais un molé .;l' patos ....eh ouais, avec l'accint d' Marseille ?hé?..j' travale l' phonétique Maîte ch'est cha ! Don a tin artour, avant ed monter a Henin, j' t invoie, l' traduction d'un ed tes poèmes .faite d' vive voix...ouais j' vas travaler cha pou rin artour .....Maîte ....Allez Maîte courache , in t'attinds tertous ! in t'a querre nous heiiiiiii nnnnnnnnnnnnnn
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

ch' soir! chus passée! chus v'nue artreuver mes cahiers et pis ch' tableau

Message  malyne le Ven 15 Juin - 20:36

Et je m'invente eune leçon ...des verpes ..des mots ed vocabulaire !chus bin ichi!j'ai ouvert mes cahiers, j'acoute :"parler patos " et j'acoute toudis et incor ch'est si biau! cha sonne in min coeur comme des notes ed musique ! j' sais que jamais je n' saurai parler, mais j'ai querre tant! alors j'acoute incor .....et j' répète in mime timps ....phrasse par phrasse! .....je m' surprinds a faire ches :innnnnnnnnnnnn!.;j' écris à ch' tableau du vocabulaire avec des questionsavec, points d'interrogations ...j' cache ed multiples solutions, esplications ....j' troverai bin!
J'ai amené des fleurs ch'est l'été....pis v'là, que j' m' laiche importer , par un rêfe, des notes ed musique vienn'tent parler in min coeur in m''âme alors j' prinds un crayon et j' composse, j'écris cha que m' dicte min coeur!vrai j'arai invie ed vous l' faire acouter..mais commint hein?
chus bin ch' soir dins l' classe i fait nuite i fait fraique! j' resse là ch' soir avec mes cahiers et m' musique!
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

chus v'nue faire ch' ménage dins l' classe, !

Message  malyne le Jeu 5 Juil - 19:41

et pis j'ai armené mes cahiers quêques fos que ch' Maîte y passerait ....i risque de m'houspiller ..j'ai pon fait ches révisions...tant i m' deminde eune interro ...bigre ch'est pon mi truc cha !
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Re: L' NOUVELLE CLASSE

Message  Cartouche le Ven 6 Juil - 6:19

vla eune idée qu'alle est bonne: eune interro !
j'vas y pinser
avatar
Cartouche
Admin

Messages : 3232
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 64

http://cartouche.estsurle.net/

Revenir en haut Aller en bas

j' prinds mes cahiers mes lifes chus in déplachmint mais ....

Message  malyne le Ven 6 Juil - 7:10

j révises , et j' crains cha qu ipeux t'arriver dins l'tiète
avatar
malyne
Admin

Messages : 2587
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 37
Localisation : comme ches caracoles j' transporte m' mason

Revenir en haut Aller en bas

Re: L' NOUVELLE CLASSE

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum